samedi 3 octobre 2015

Les Trouillier de Touzac

Une branche de mes ancêtres a traditionnellement été protestante. Certains de mes ancêtres ont abjuré (ou prétendu le faire), d'autres non. La situation a conduit a des situations inhabituelles.

Apres la révocation de l'Edit de Nantes par un Louis XIV se faisant vieux, les protestants ont eu le choix: se convertir au catholicisme, ou se réunir en secret. Les réunions secrètes étaient risquées étant donné que l'Etat et l'Eglise catholique envoyaient des espions ou arrêtaient et interrogeaient les  gens soupçonnés d’être protestants pour qu'ils dénoncent les autres.

Certaines familles étant très impliquées dans la religion de Calvin étaient très connues dans ce qui deviendra la Charente. D'autant que le nombre de protestants dans le département était d'environ 3 000 seulement. Mes ancêtres MOINDRON, MONNEROT (MONROT), CHAPT, et surtout les TROUILLIER, faisaient partie des familles protestantes principales de la région. La région de Touzac, Bouteville, Saint-Preuil, Bonneuil, Lignieres, et Segonzac était très protestante (au point qu'a Touzac les protestants représentent la majorité de la population).

En 1746, pendant "le désert", naît une fille de Jean TROUILLIER et Marie CLAVELAUD, mes sosa 1216 et 1217.

Les TROUILLIER organisaient des messes secrètes, au point qu'un Jean TROUILLIER de Bonneuil soit obligé de s'exiler a Amsterdam en 1785 et que les TROUILLIER se fassent régulièrement arrêter et interroger pour qu'ils avouent leur religion. Leurs descendants se sont tous mariés en secret et ont seulement déclaré leurs mariages en 1788-1789.

Il serait donc logique que Jean et Marie fassent baptiser leur fille de façon protestante. Cependant, il y a eu des désaccords familiaux sur le sujet. Les documents protestants nous apprennent que leur fille a été portée par sa grand-mère, a l'insu de ses parents, pour baptême le 06/03/1746 a Saint-Preuil (au bois de Chez Voix) par GOUNON dit PRADON, ministre protestant, lors d'une réunion secrète comme le rapporte l’abée GUERIN dans son livre "Touzac et ses villages, Essai de monographie paroissiale".

Cependant, les parents ne l'entendaient pas cette oreille. Ils firent donc rebaptiser leur fille le 15/08/1746 a l’église catholique de Touzac sous le nom de Marguerite.

Je ne sais pas pourquoi Jean et Marie ont voulu que leur fille soit catholique. Leur fils Jean a lui été protestant et s'est marié en secret avec Jeanne BLAND le 20/01/1759 (déclaré le 27/01/1789 ainsi que la naissance de leurs enfants déjà adultes).

Registre protestant, Bouteville, 1789.