vendredi 17 avril 2015

Abjuration

Le 25 juillet 1593, le roi Henri IV abjure la foi protestante et se convertit au catholicisme a l'abbatiale de Saint-Denis. Son but était de calmer les esprits entre catholiques et protestants. C’était aussi de pouvoir se faire sacrer roi. Comme on le sait, "Paris vaut bien une messe".


Suit l’Édit de Nantes le 30 avril 1598 qui reconnait aux protestants les mêmes droit que les catholiques et apporte la paix.

Suite a ces événements, les protestants commencent a garder des registres BMS comme les catholiques, et comme les catholiques les produisent en double, une copie pour la commune, une pour le greffe.

Cependant, en 1685, la révocation de l'Edit de Nantes change les choses. Les protestants sont tenus de rapporter les naissances, mariages, et décès aux curés catholiques pour inclusion dans les registres BMS catholiques. Les curés catholiques, voulant marquer la différence, enregistrent souvent les enfants nés protestants comme illégitimes (puisque non baptisés devant un prêtre). On voit aussi des actes d'abjuration dans les registres.

Je suis tombé sur un tel acte récemment. Mon ancêtre Louis DEMEDIS, mon sosa 612, fils de Isayie DEMEDIS et de Suzanne MONNEROT, s'est d'abord marié a Jeanne DE JARNAC, fille de Daniel DE JARNAC (dit Chaisier) et de Marie DUMON, le 23/04/1742 a Bonneuil.


Quand Jeanne meurt, il veut se remarier avec Anne MOINDRON de Sonneville. Avant cela, ils doivent abjurer le protestantisme et se convertir au catholicisme. Ils le font le 25/04/1745 a Lignières où vit Louis.


L'acte lit:
Le 25/041/1745
DEMEDIS Louis, de Lignières
Fs de: DEMEDIS Iraie
et de: MONNEROT Suzanne +

LUSTEAU Paul, de Lignières
Fs de: LUSTEAU Jacques
et de: RABIN Isobel

MOINDRON Anne, de Sonneville
Fa de: MOINDRON Charle
et de: GIRAUDEAU Marie

Ont fait profession publique de la foy Catholique apostolique romaine.
Ils ont reconnue pour la seule véritable hors laquelle il n'y a 
point de salut, ont promis d'y vivre toujours et d'y mourir et ont 
positivement renoncé a la religion protestante. Louis DEMEDIS
a signe avec Jean Phelip et Jean Mineret non les autres pour
n'avoir su.

Une fois convertis, ils se marient le 04/05/1745 a Lignières.


Cependant la conversion au catholicisme a plus ou moins pris. Dans le cas de Louis et de ces enfants, bien que leurs mariages aient eu lieu devant un curé, les fils de Louis, Jacques et Pierre, ont redéclaré leurs unions de janvier 1770 et décembre 1773 respectivement dans le registre protestant le 18/02/1789 par parution devant un prévôt royal. Ce jour-la, des dizaines de mariages protestants ont été transcrits "par acte royal" "en exécution de l’édit de novembre 1787" dans les registres BMS protestants de Bouteville.


La fibre protestante était donc bien toujours en vie dans la famille DEMEDIS quand arrive la Révolution. Cette branche de mes ancêtres sera en alternance protestante et catholique jusqu'à mon grand-père.